Dans le cadre du Colloque “La Culture dans tous ses états”, un concours photo a été organisé afin de mettre à l’honneur les projets culturels proposés dans les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux.

“Lorsque les mains se souviennent”

Ce projet culturel a voulu mêler l’art de la photographie et la prose autour du thème des mains. Autour des photos de leurs mains, les résidents ont travaillé avec une bibliothérapeute pour exprimer par écrit ce que représentent les mains. Cela a été l’occasion de lier “culture” et “souvenirs”. L’ensemble des photos et des textes écrits par les résidents ont ensuite été exposés.

“Ton foyer est aussi ta cité des Arts alors “viens vêtu de ton plus beau pyjama”

Trop jeune pour aller entendre un concerto à l’opéra? Pas assez bien habillés pour aller à l’opéra ou encore à la cité des Arts? Trop peu formés ou informés pour apprécier les notes jouées par les musiciens? Ces idées n’ont pas empêché la Direction du FDE de Chambéry de faire accéder à la culture, notamment musicale, les enfants âgées de 0 à 13 ans du foyer. Depuis 2018, plusieurs fois dans l’année, petits et grands s’installent, apprêtés de leur plus beau pyjama, pour écouter le concerto de la cité des arts au sein même du foyer. Ainsi, les enfants découvrent les instruments, échangent avec les musiciens et leur font aussi découvrir leur environnement de vie. Ce foyer qui le temps d’un soir devient leur cité des Arts. Ce partenariat renforce l’accès à la culture des enfants tout en invitant l’extérieur à s’ouvrir sur le foyer.

“Rencontres intergénérationnelles”

Le pôle gérontologique Richard organise ces rencontres intergénérationnelles depuis 10 ans, avec une école maternelle située à proximité. Ces moments d’échanges et de convivialité sont une source d’inspiration pour construire une société plus solidaire, fondée sur le nécessaire respect entre les âges et le rapprochement des générations. Un jeudi sur deux, les résidents et les enfants échangent leur regard autour d’activités culturelles variées : écriture d’un conte de Noël, jardinage au printemps, jeux de bowling et d’anneaux,… Chaque enfant et résident repart régulièrement avec une réalisation effectuée lors de ces ateliers, valorisant ainsi le travail du binôme et la transmission entre générations. Ces rencontres permettent de réinventer le lien social et sont . source d’enrichissement mutuel, sur le plan humain et culturel.

“La littérature francophone s’invite au CH de Muret : une action culturelle, intergénérationnelle et inclusive”

Grace au partenariat avec l’association du Prix du Jeune Ecrivain Francophone, le CH de Muret ouvre l’accès à la littérature à ses usagers. A partir de la lecture d’ouvrages de la bibliothèque du Prix du Jeune Ecrivain Francophone, de rencontres avec les auteurs, les bénévoles et de manifestations littéraires diverses, des ateliers orientés autour de la lecture et de l’écriture, individuels et semi-collectifs, sont mis en place auprès des adultes en situation de handicap et des personnes âgées, prises en charge au sein de l’unité de soins de longue durée et de l’accueil de jour Alzheimer.

“L’ Après Picasso…” au CH Henri Mondor

Le 16 juin 2016, douze personnes sont parties d’Aurillac pour aller voir une exposition sur Picasso au musée Soulages de Rodez. Les questions autour du peintre sont nombreuses de la part des patients avant la visite, et bien plus encore après. Ces interrogations ont conduit à la création d’un atelier autour du peintre, et de la peinture en général, jusqu’à produire cette œuvre collective à la gouache où l’on peut retrouver l’influence qu’a pu avoir cette visite pour tous, même des mois après. Le projet se poursuit puisqu’une nouvelle toile est en cours de création.

“Culture, culture(s), dessines et chantes moi des Culture(s)”

“Un pays, des pays… Un chant, des chants… Une culture, des cultures…” Au foyer de l’enfance de Chambéry, une fois par an, les enfants et professionnels du foyer ouvrent les portes du foyer aux voisins, aux écoles… Et surtout à la culture, aux cultures. C’est ainsi que des musiciens, danseurs et chanteurs africains viennent partager leur culture avec les enfants, les professionnels et les invités, le temps d’une journée. C’est ainsi l’occasion pour les enfants d’exposer leur peinture, leurs oeuvres d’ART car eux aussi ont du talent, une force de créativité.

“Fresque pour les 50 ans du centre de Harthouse”

La fresque a été réalisée par les personnes, jeunes et adultes accueillies au sein des ateliers créatifs à la maison Picasso ( espace culturel et artistique du centre Harthouse). L’objectif était de retracer sur une fresque les 50 ans du centre de Harthouse au travers de dessins des bénéficiaires, dans un souci de rester dans la thématique de l’année culturelle 2017-2018 “la fête”. Sur l’ensemble du projet, les personnes ont bénéficié en plus de la présence des artistes du collectif “la Lucarne”: Eléonore Dumas et Fanny Munsch. Avec elles, les jeunes et les adultes, ont pu s’initier (chacun leur tour et au gré des envies) ) la prise de vue, à être des silhouettes-mannequins, à réaliser des décors, à travailler la couleur projetée, le décalquage… Le résultat représente une fresque très colorée qui a pris place depuis la fête des 50 ans à l’entrée du centre (sur le mur d’accueil).

“Sortie annuelle au théâtre Alsacien”

Une fois par an, un groupe associatif de théâtre amateur invite les résidents des EHPAD du Centre Hospitalier Départemental de Bischwiller (CHDB) à venir assister à une pièce. Celle-ci se fait en dialecte alsacien et se poursuit par un échange convivial autour d’un pot. Ce partenariat existe depuis maintenant 8 ans. Il est particulièrement apprécié des résidents. Cette pièce est un moment important de l’année pour l’équipe d’animation puisque cette activité est particulièrement appréciée par l’ensemble des participants. Les résidents peuvent ainsi entendre parler le dialecte qui a accompagné tous les moments de leur vie. L’alsacien se perd aujourd’hui, les jeunes ne le parlent quasiment plus. Alors lorsqu’une jeune troupe dynamique propose des pièces dans cette langue, il est important de souligner la démarche. D’ailleurs, comme le confiant l’une des participantes particulièrement émues : « ça on ne voit presque plus.

“Visite du prix Goncourt à la cafet de la psy”

Les patients ont choisis des thèmes illustrant de leur point de vue la culture à l’hôpital. Sophie, patiente d’atelier thérapeutique et passionnée de photo a choisi d’illustrer la rencontre avec Nicolas Mathieu, auteur du Goncourt 2018 de son point de vue, très différent des photos institutionnelles consacrées à l’événement. Photographier des personnes dans un contexte de rencontre-lecture-dédicaces était un exercice inédit qui lui a fait réaliser des compétences nouvelles. Sophie a ensuite décidé de proposer deux autres sujets : la caféteria de la psy où se tenait la rencontre et le studio de Radio Pinpon. Légende de la photo : « maintenant, j’ai envie de quelque chose. De lire. »

“C’est de la bombe à la maison de retraite de LIANCOURT”

Le projet culturel initié avec les animatrices et un soignant est intergénérationnel car il a pour but de faire découvrir aux résidents un art moderne, le spray point art. Après avoir observé la pratique du soignant, vu des vidéos et regarde des fiches exposées sur des panneaux, les résidents intéressées s’y initient. Cela accroit leur dextérité, libère leurs émotions et stimule leur créativité. Les liens sont aussi renforcés par les échanges que l’art suscite. L’exposition est enfin un moment particulièrement convivial qui met en avant les créations et valorise directement les résidents. L’ouverture sur l’extérieur est encouragée par la participation des résidents d’autres établissements et la venue de familles notamment.

“Présentation du livre “Les Mosellans en exil, 1939-1945, une histoire partagée”

Pour la rédaction de ce livre, l’auteur s’est appuyé sur le récit de plusieurs résident dont celui de Mr Haudidier. Ce livre est un tableau impressionniste présentant, à travers le récit d’un certain nombre d’entre eux, la diversité des destins vécus par les Mosellans durant la guerre. Leur point commun à tous est l’exil. Les expulsés sont exilés loin de chez eux en France, ceux qui restent en Moselle sont exilés dans le 3ème Reich car soumis aux lois nazies avec la “Jeunesse Hitlérienne”, l’incorporation dans la Wehrmacht des “Malgré-Nous”, les différentes formes de déportation… Les Bitchois sont exilés dans le Saulnois… À la libération, les gens n’ayant pas de souvenirs en commun, n’ont pas partagé leur vécu. Le but de ce livre est donc de partager ce vécu, si longtemps après.

“Hors du cadre, un artiste”

« L’art efface le handicap et ouvre une mixité culturelle ». La MAS des Pyrénées a mis en place un projet dévoilant les potentialités artistiques de chaque usager en les faisant travailler à la manière d’artistes reconnus en situation de handicap ou inspirés par cet univers. Accompagné par un artiste peintre et par le personnel, ce projet a d’abord débuté par une libre production puis par un travail au cours duquel chacun s’est approprié une œuvre. L’encadrement des créations réalisé par les jeunes de l’IME a maintenant pour objet une exposition qui sera organisée en septembre prochain, permettant ainsi l’ouverture de l’établissement sur l’extérieur et l’inclusion des usagers dans la société.

“Radio pinpon”

Radio Pinpon, au-delà le mur du son, dispose d’un studio annexe à la p’tite cafèt de la psy où les patients, des invités, des intervenants viennent enregistrer des émissions de sujets et format de leur choix. Cette webradio accessible à tous est lancée depuis septembre 2018 est également totalement ouverte sur la ville : reportages, micro-trottoirs, interview….Elle suscite intérêt et changement de regard sur la santé mentale.

“La Gazette de la Colombelle”

Le journal d’établissement “La Gazette de la Colombelle ” a été créé pour et par les résidents avec notamment deux objectifs principaux, en faire: – un excellent outil relationnel entre les résidents : Grâce aux articles et aux photos des différentes animations, un partage des moments vécus tout au long de l’années est possible. De plus, sauf s’ils s’y opposent, les nouveaux résidents y sont présentés avec un petit article, accompagné d’une photo. Quelques résidents sont également présentés ou participent à des articles. – un excellent outil de travail de la mémoire : Les moments vécus à l’EHPAD entre résidents ou avec leurs familles y sont remémorés. Les résidents et leur famille ont ainsi une base de partage, de conversation, apprécies de tous. Les résidents confectionnent également les mots mêlés : recherche de mots sur un thème, recherche de définitions et mise en place dans une grille. A la parution du journal, ils essayent de le refaire. Le journal est également lu au PASA et à l’Accueil de Jour : jeux de mémoire.